logo-envol-original

Stimulation précoce

logo-stimulation-precoce-1La stimulation précoce et intensive est notre leitmotiv. Deux niveaux de programme sont proposés :

Programme en stimulation de la communication

Ce programme inclut différents volets

Volet : Évaluation

Durant cette période, le ratio offert est de 1 intervenant par enfant. Les objectifs sont :
  • Évaluer les intérêts et habiletés.
  • Développer les conditions préalables aux apprentissages.
  • S'initier à la routine.
En effet, chaque enfant fréquentant le Centre est évalué à l'aide de deux (2) outils ; évaluation formelle par le Profil psycho-éducatif 3e édition (PEP-3) et évaluation informelle par notre document Moi, j'apprends. De ces évaluations découlent un bilan des habiletés acquises ainsi que de celles à travailler. En collaboration avec les parents et grâce à l'information de l'ensemble des professionnels qui gravitent autour de l'enfant, un plan d'intervention individualisé (PII) est élaboré et revu aux quatre mois.

Volet : Ateliers de stimulation

À ce niveau, le ratio offert est de 1 intervenant pour 2 ou 3 enfants. Les objectifs de ces ateliers sont :
  • Développer la communication fonctionnelle
  • Stimuler les habiletés motrices et les connaissances pré-scolaires
  • Acquérir les compétences de jeux
  • Améliorer la socialisation

L'Envol veut permettre aux enfants ayant un trouble de communication une meilleure intégration dans les milieux réguliers. Nous travaillons tous les aspects du développement qui habiliteront l'enfant à intégrer un milieu régulier (imitation, développement du langage, comportement social acceptable, etc.). Le support des intervenantes de l'Envol est offert au milieu qui accueille l'enfant (école, garderie, etc.) afin de faciliter son adaptation.

Chaque enfant âgé de 0 à 5 ans ayant son plan d'intervention est stimulé au Centre dans un cadre qui s'inspire des principes directeurs du programme TEACCH. L'organisation de l'environnement, de l'horaire et des activités est adaptée à chacun des enfants afin de favoriser leur AUTONOMIE. Les techniques d'enseignement utilisées sont guidées par l'intervention comportementale intensive (ABA). De plus, l'utilisation systématique de supports visuels est au cœur de l'intervention notamment à travers l'enseignement d'un outil de communication par échange d'images (PECS) dont le but est de faciliter l'apprentissage de la communication. À cet égard, l'orthophoniste, spécialiste de la stimulation langagière, collabore avec l'équipe pour identifier toutes situations favorisant la communication et conseiller sur les stratégies d'enseignement à appliquer.

image-stimulation-5image-stimulation-1image-stimulation-4image-stimulation-3

Programme pour une enfance exceptionnelle

Ce programme s'adresse aux enfants ayant de grandes limitations (plus d'un an de retard) dans au moins 3 sphères de développement ; notamment en motricité (globale et fine), en tonus et en communication.
Le ratio offert est d'un intervenant pour 3 enfants. Les objectifs sont :
  • Appliquer le Plan d'intervention (PI)* des professionnels (physiothérapeutes et ergothérapeutes).
  • Identifier les intérêts et diversifier les activités pour atteindre le développement des habiletés ciblées.
  • Développer la persévérance et l'endurance chez l'enfant.

Chaque enfant âgé de 0 à 5 ans participant à ce programme est stimulé au Centre dans un cadre sécurisant, entouré par matériel adéquat, une sanitation accrue et une équipe dédiée.

*Dans le contexte où l'enfant n'a pas de PI, notre équipe saura élaborer un plan d'action pour stimuler les principales habiletés motrices et cognitives.

 

Découvrez les différentes techniques d'intervention :

PEP 3

Afin d'évaluer le développement des enfants, nous utilisons le Profil psycho-éducatif, troisième édition (PEP-3). Le Profil psychoéducatif a été développé, révisé et bonifié par Eric Schopler et son équipe de l'université de Caroline du Nord. Cet outil nous permet de préparer un programme éducatif individualisé qui respecte le niveau de développement de l'enfant et ses caractéristiques. Les résultats obtenus lors de l'exécution des activités proposées à l'enfant et des observations faites, se compilent en 3 domaines : les composantes de la communication, les composantes de la motricité (fine et globale) et les composantes des comportements déviants.
pep-3En quoi cet outil se démarque-t-il des autres types d'évaluation? Le PEP-3 est remarquable pour:

  • Son échelle de performance (grille de développement et comportement)
  • Sa grille d'évaluation qui s'adresse aux parents ou éducateurs
  • Son système de cotation

L'échelle de performance mesure les capacités globales d'un enfant. Tout d'abord, nous lui proposons des activités diverses qui couvrent six (6) sphères de développement : cognition verbale/préverbale, langage expressif, langage réceptif, imitation, motricité fine et motricité globale. Le système de cotation comprend les cotes 2 (réussite) et 0 (échec) auxquelles s'ajoute la cote 1 (émergence). Cette dernière est allouée lorsque l'enfant démontre qu'il comprend en partie l'activité ou qu'il ne possède pas toutes les aptitudes pour l'accomplir seul. Cette partie d'évaluation identifie les principales forces et faiblesses de l'enfant et le situe par rapport à ses pairs. Par la suite, nous complétons la grille d'observations des comportements qui qualifient et quantifient les comportements inhabituels ou déviants chez l'enfant. Les comportements reçoivent la cote 2 (approprié), 1 (léger) ou 0 (sévère).
La grille d'évaluation pour les parents (éducateurs) établit le niveau de développement de l'enfant perçu par l'adulte qui le côtoie quotidiennement mais aussi l'ampleur des problèmes vécus. L'autonomie fonctionnelle, les problèmes de comportements et l'interaction de l'enfant avec son environnement sont les domaines considérés.

ABA

aba-3L'analyse appliquée du comportement (ABA en anglais) est une science qui enseigne diverses habiletés fonctionnelles et les comportements sociaux appropriés. Cette approche individualisée utilise différentes méthodologies ; "enseignement par essais distincts", "enseignement fortuit" et "l'analyse fonctionnelle du comportement".
Ouf ! Mais que veut dire "enseignement par essais distincts" ou "enseignement fortuit"?
Tout d'abord, l'enseignement par essais distincts signifie que chaque comportement ou habileté que l'on souhaite voir apparaître chez un enfant sont décomposés en plusieurs petites étapes. Chacune des étapes est enseignée en situation « 1 à 1 » (un adulte et un enfant). L'enseignement est très structuré et la procédure est toujours la même :

  • Un stimulus est présenté à l'enfant (ex : consigne → stimulus direct)
  • L'enfant agit (réponse correcte ou incorrecte)
  • Une conséquence suit toujours la réponse (renforcement ou incitation [aide])
aba-1Voici un exemple afin de rendre plus concret tous ces principes :

L'objectif visé est que Simon imite l'action des objets en faisant le geste et les sons appropriés
(faire « vrrroum » en roulant une auto, faire « toc, toc...» en frappant du marteau, etc.)

Voici quelques exemples d'habiletés que Simon doit maîtriser avant d'atteindre cet objectif:

  • Demeurer assis à la table pour participer à une activité
  • Imiter des mouvements à l'aide d'objets
  • Imiter des mouvements de motricité globale (voir la description de la leçon)
  • Imiter l'action des objets avec le son approprié
Leçon : Imitation des mouvements de motricité globale

L'éducatrice est assise à la table devant Simon. (Reprenons la procédure présentée)

  • Stimulus :
  • L'éducatrice fait le geste « bye bye » et donne la consigne « fais ça » afin que Simon l'imite
  • Réponse incorrecte :
  • Simon tape dans les mains (applaudit)
  • Conséquence :
  • L'éducatrice prend la main de Simon et l'aide à faire le mouvement de bye-bye (incitation: aide physique complète)

Une fois que l'éducatrice s'est assurée que Simon maîtrise tous les pré-requis, elle se prépare à lui enseigner l'habileté « imitation d'objets avec le son approprié ».

Leçon : Imitation de l'action des objets avec le son approprié

L'éducatrice enseigne cette habileté à Simon en utilisant toujours la même procédure :

  • Stimulus :
  • L'éducatrice fait rouler un camion en faisant le bruit « vroum ! vroum ! ». Elle donne la consigne « fais ça » afin que Simon l'imite
  • Réponse correcte :
  • Simon reproduit le geste et le son de l'éducatrice
  • Conséquence :
L'éducatrice félicite Simon et lui offre un jouet ou son aliment favori (renforcement positif)

Chaque habileté est ainsi décortiquée. Lorsque l'enfant a atteint un objectif, nous nous assurons qu'il est capable de le généraliser. Généraliser, qu'est-ce que ça veut dire? C'est la capacité de l'enfant à utiliser son habileté avec un stimulus différent, du matériel différent, avec des personnes différentes et dans des contextes différents. On ne veut pas seulement que Simon dise « vrroum ! » en roulant une voiture quand l'éducatrice le lui demande à la table de travail. On veut qu'il soit capable de le faire avec différents types de véhicules, avec d'autres personnes et surtout, on veut que Simon transfère cette habileté lorsqu'il joue à la maison, ou à la garderie ou dans la salle d'attente d'une clinique médicale! « L'enseignement fortuit » est approprié pour augmenter la généralisation mais aussi l'initiative du jeune et ses habiletés langagières. Contrairement à l'enseignement par essais distincts, l'enseignement fortuit démarre à partir d'une initiative du jeune représentant ainsi une nouvelle occasion d'apprentissage.

Comme vous l'aurez compris, l'ABA est une approche structurée et rigoureuse. Le travail de l'éducatrice consiste donc à cibler des objectifs d'apprentissage qui tiennent compte de l'âge, du niveau langagier, des forces, des intérêts et des besoins de l'enfant. Ces objectifs sont enseignés dans un environnement adapté à ses besoins et ses compétences avec un grand souci de généralisation dans le milieu naturel.


PECS

Le système de communication par échange d'images

pecs-1Le système de communication par échange d'images est l'appellation française de Picture Exchange Communication System (PECS). Ce système a été développé dans les années 80, au Delaware par le Dr Andrew Bondy et Lori Frost. Ils ont développé un outil visuel pour venir en aide à toutes les personnes ayant un trouble de la communication qui sont dans l'incapacité de parler ou de se faire comprendre. Le but est de développer chez la personne la capacité de communiquer efficacement; critère pour une plus grande autonomie. Le système de communication est un cahier d'images comprises par la personne qui lui permet d'exprimer des demandes et faire des commentaires.
Le principal avantage de cet outil de communication est son universalité. En effet, l'enfant peut se faire comprendre partout et avec toutes les personnes puisque sa demande est illustrée à l'aide de dessins simples et compréhensibles. Ainsi que ce soit à la garderie, au restaurant ou bien sur la rue, l'enfant qui ne parle pas ou qui se fait difficilement comprendre peut demander une information ou faire un commentaire.
Et les mots dans tout ça?
Ce système n'interfère aucunement dans l'utilisation de la parole. En effet, si l'enfant parvient à nommer les choses, il utilisera la parole pour se faire comprendre et le cahier restera disponible pour les concepts ou mots qu'il maitrise mal.
Pour que l'enfant en vienne à utiliser son cahier de communication spontanément et de façon autonome, l'apprentissage se fait en plusieurs étapes. Voici brièvement les différentes étapes :
Étape 1 : L'échange et la demande spontannée
Objectif : L'enfant prend l'image, la remet à l'adulte en échange de l'objet désiré.
Étape 2 : La demande dirigée et la persévérance
Objectif : L'enfant se dirige spontanément vers son cahier de communication, prend l'image de l'objet désiré et se dirige vers une personne pour la lui remettre.
Étape 3 : La discrimination des images
Objectif: L'enfant différencie (discrimine) les images contenues dans son cahier de communication et est capable de faire une choix parmi celles-ci.
Étape 4 : L' utilisation d'une phrase simple
Objectif: L'enfant formule une phrase à l'aide de 2 images qu'il dispose sur une bande- phrase : une image représentant « Je veux » et une image de l'item désiré.
Étape 5 : «Qu'est ce que tu veux?» et la demande sollicitée
Objectif: L'enfant utilise son cahier spontanément pour répondre à la question «Qu'est-ce que tu veux ? ».
Étape 6 : Communiquer pour commenter
Objectif : L'enfant est capable de faire un commentaire de manière spontanée ou en réponse aux questions posées par une autre personne (ex. :Qu'est-ce que tu vois ? ou Qu'est-ce que tu as ?...)
Étape 7 : Utiliser des concepts abstraits pour clarifier ses demandes
Objectif : L'enfant utilise des concepts ou des attributs pour bonifier sa demande ou message (tels que la couleur, la grosseur, les nombres, les concepts spatiaux (ex : dedans, derrière, devant)

TEACCH

Le programme TEACCH (Treatment and Education of Autistic and related Communication handicapped Children) a été élaboré par Eric Schopler et son équipe de l'Université de la Caroline du Nord au cours des années 70. Ils ont grandement contribué à la mise en place continue de services cohérents et adaptés aux personnes qui présentent un trouble envahissant du développement (TED). Ils ont également développé différents outils d'évaluation qui sont couramment utilisés aujourd'hui; le profil psychoéducatif révisé (PEP-R) et le profil psychoéducatif adolescent et adulte (AAPEP).
Les tenants de l'approche TEACCH conçoivent que pour développer l'autonomie des personnes TED, l'utilisation de supports visuels et l'adaptation du milieu s'avèrent essentiels. Cette façon de pensée est le résultat de la compréhension qu'ils ont du style d'apprentissage de la personne TED; concret, visuel, organisé et de leurs difficultés qu'elles éprouvent quotidiennement.
systtr5Les auteurs insistent sur certains principes afin d'offrir un programme sur mesure :
  • D'abord, l'importance d'individualiser l'intervention, c'est-à-dire de mettre en place des outils adaptés à la situation de chaque personne en tenant compte de ces intérêts et de son potentiel.
  • La collaboration parent-intervenant occupe une place prépondérante dans cette approche. Le parent est considéré comme une source importante d'informations, l'identifiant ainsi en tant qu'expert.
  • L'intervention repose sur l'adaptation de l'environnement, de l'organisation visuel du temps et des activités et sur l'utilisation systématique de supports visuels pour développer la communication et les habiletés sociales.
  • Ce programme se veut évolutif. L'adaptation apportée change au fur et à mesure du développement de la personne.